portefeuille sexy

 

L’été dernier, ma femme Catherine et moi sommes partis pour l’Ariège. Nous y avons loué un petit gite, notre séjour se déroulait merveilleusement bien.

Un après midi, alors que nous venions de rentrer de ballade, mon portable a sonné. C’était un homme qui m’annoncait avoir retrouvé mon portefeuille sur un parking. Effectivement, après une rapide vérification de mes poches, je me suis rendu compte que j’avais du le laisser tomber en montant en voiture. L’homme avait trouvé ma carte de visite ou figurait mon numéro de portable. Nous nous sommes donnés rendez vous chez lui une heure plus tard.

Nous sommes arrivés à son appartement. Deux copains à lui étaient assis dans le salon et regardaient la télé en buvant des bières. Mon portefeuille etait posé sur une table basse. L’homme me l’a tendu, rien ne manquait, pas même les quelques billets qui s’y trouvaient. Les trois hommes nous ont proposé une bière et nous nous sommes sentis obligés d’accepter. J’ai vite remarqué que les types lancaient des regards insistants sur les cuisses de Catherine. Il faut die que par ces temps de forte chaleur, elle était vêtue d’une robe légère et très courte. Même si ma femme ne disait pas un mot, je la sentais de plus en plus troublée. Etait ce l’ambiance feutrée? La présence de ces trois hommes plutôt bourrus qui mettait ma femme dans cet état?

Ayant déjà eu plusieurs expériences à plusieurs, j’ai eu envie de jouer. Tout en discutant j’ai posé ma main sur la cuisse de Catherine et j’ai relevé un peu le tissu de sa robe. Pour m’encourager elle a légèrement ouvert les cuisses, dévoilant sa petite culotte aux trois paires d’yeux. Ma main a continué sa progression et a effleuré sa culotte gonflée par sa vulve humide. Elle s’est avancée un peu sur sa chaise et a totalement écarté les cuisses. Catherine s’offrait au regard des trois hommes qui avaient le souffle coupé et commencaient à se caresser à travers leur pantalon. J’en ai profité pour déboutonner le haut de la chemise de ma feme et faire apparaitre son soutien gorge qui cachait à peine sa lourde poitrine.

Haletante, elle a posé la tête sur mon épaule et, soumise, elle m’a laissé lui ôter sa culotte. Déboutonnés et le sexe à la main, nos trois complices se masturbaient devant elle. Abandonnant ses dernières réticences, Catherine s’est levée de sa chaise et a enlevé sa robe. Dans la foulée elle est venue me sucer.

Jambes écartées, fesses ouvertes, c’était une invitation qu’un des trois hommes n’a pas manqué de saisir. Il a enfoui son visage dans la raie de ma chérie et s’est mis à la lécher avec fougue. Les deux autres l’ont suivi et ont commencé à la caresser sur tout le corps en faisant sauter son soutien-gorge.

Entièrement nue, la peau toute moite, Catherine s’abandonnait aux caresses désordonnées et aux doigts qui entraient dans sa chatte et son cul. Toujours penchée en avant, ma femme a guidé un des sexes qu’elle a stoppé devant son petit trou, faute de préservatif. Le frottement du gland contre son anus a suffi à la faire chavirer. Une paire de mains lui malaxait les seins et une autre la vulve. Le premier homme a éjaculé très rapidement sur ses fesses. Le second s’est branlé en continuant à lui fouiller la chatte. Carherine se touchait le clito en suçant goulument le troisième larron. Les deux hommes ont éjaculé et se sont vite rhabillés.

Nullement rassasiée et encore toute dégoulinante, ma femme est venue s’installer sur moi et s’est empalée d’un coup sur mon sexe raide. Elle a joui rapidement et s »est écroulée sur le canapé, pleine de sueur et de foutre. Nous avons bu une dernière bière avant de repartir sous les regards encore hagards des trois hommes.