cousine blonde sexy

 

lmpudique Julie

Impudique Julie

Je suis au chômage depuis quelques mois. Cet été, ma tante m’a proposé de passer quelques jours chez elle. Elle s’est mariée l’an dernier à un homme très à l’aise financièrement. Elle habite une superbe villa avec piscine, isolée dans l’arrière-pays varois. Ce n’est pas très loin de chez moi qui habite Marseille. J’avais besoin d’air, je me suis dit que ça me ferait des vacances pas chères qui me dépayseraient de mon petit appartement. Je suis arrivé un samedi. La fille de mon oncle, Julie, née d’un premier mariage venait également d’arriver. C’est une superbe blonde de 19 ans que je n’avais croisé qu’une seule fois, au mariage de ma tante. L’ambiance était détendue. L’après-midi, ils m’ont proposé de profiter de la piscine pour mieux supporter la canicule. Ma tante a ajouté d’un ton enjoué: “Nous sommes naturistes, est-ce que cela te dérange? »

Je n’avais jamais pratiqué le naturisme, mais je ne souhaitais pas les gêner. J’ai répondu que j’allais essayer.

Au début, j’étais un peu mal à l’aise de me mettre nu devant eux. Puis, la gêne a vite disparu et nous nous sommes bien amusés dans l’eau et sur la pelouse. Je ne pouvais pas m’empêcher de regarder Julie, ses fesses parfaites, ses petits seins bien fermes et surtout son minou, dont la touffe blonde et peu fournie ne cachait rien.

Le soir, je me suis masturbé en repensant à ses petites lèvres bien roses qui dépassaient légèrement de sa vulve. Le dimanche, même scénario. Le lundi, mon oncle et ma tante sont partis travailler. L’après-midi, je me suis retrouvé seul avec Julie au bord de la piscine, entièrement nus bien sûr. Elle m’a parlé de son copain parti en stage en Angleterre. Il lui manquait. Je ne pouvais détacher mes yeux de son corps. Parfois, j’avais l’impression qu’elle faisait exprès de se mettre dans des positions où sa vulve était bien en évidence. Cela me remuait les sens et je commençais à bander. Alors, je me tournais sur le ventre ou je sautais dans l’eau. Elle a dû le remarquer car elle m’a dit: “Ne te cache pas si tu as une érection…

C’est naturel… C’est même plutôt ftatteur pour moi ! » J’étais surpris mais je suis ressorti de l’eau, la queue dressée, et je me suis allongé à côté d’elle. C’était terriblement troublant d’être ainsi nu en plein air, en érection à côté d’une fille superbe que je pouvais regarder sans aucune gêne. Elle a rompu le silence: « Ça doit être dur pour toi de ne pas avoir de copine en ce moment. Tu te masturbes souvent? »

J’étais estomaqué! J’ai bredouillé un “oui » et elle a ajouté: « En ce moment, ma libido est déchaînée. Je me masturbe plusieurs fois par jour. Être nue me fait du bien. » Puis, elle a glissé une main jusqu’à son minou et a commencé à se caresser légèrement en écartant de plus en plus les jambes. Mon sexe était tendu à en exploser. Je l’ai pris en main et je me suis masturbé en la regardant faire. Elle écartait ses petites lèvres et jouait avec un doigt sur son clitoris. Son regard était posé sur mon sexe. C’était incroyablement excitant. Je me suis approché d’elle et j’ai dit: « J’ai des capotes dans ma chambre… »

Mais elle m’a répondu: « Non, pas question, je ne trompe pas mon copain. J’aime m’exhiber et te regarder te masturber, mais on en restera à cela si tu veux bien. »

Quel caractère! J’étais à genoux à côte d’elle, les yeux plantés dans sa vulve, regardant sa main qui s’agitait de plus en plus vite. Je me masturbais moi aussi de plus en plus frénétiquement. Par moments, elle fermait les yeux, caressait ses seins, soulevait son bassin ou écartait grand les jambes. Elle a ajouté:

Ce que j’adore, c’est voir une éjaculation ! » Ça m’a achevé. Je lui ai dit: « Regarde! » De grosses giclées de sperme sont parties sur le gazon. Elle a eu un grand sourire. Elle a fermé les yeux et poussé plusieurs longs soupirs: elle avait joui elle aussi.

Je me suis senti un peu gêné, mais le reste de la journée, elle a fait comme si de rien n’était. Cependant, tous les après-midi qui suivirent, nous nous sommes ainsi masturbés l’un à côté de l’autre. J’attendais ces moments avec impatience. C’était très agréable, excitant mais un peu frustrant car je rêvais de la caresser. Le vendredi, dernier jour avant son départ, j’ai attendu qu’elle soit en pleine masturbation et très chaude pour lui proposer: « Si je te lèche le minou, est-ce que c’est tromper? » Elle n’a pas répondu. Je me suis

allongé entre ses jambes. Quand ma bouche est venue au contact de ses doigts qui s’agitaient sur sa vulve, elle les a retirés. La voie était libre, je pouvais enfin la toucher. J’ai commencé par sucer ses petites lèvres si appétissantes, puis j’ai titille son clitoris du bout de la langue. Elle gémissait de plus en plus. Ma bouche a fouillé son sexe, et je lui ai fait basculer le bassin pour pouvoir lécher son anus. J’ai caressé ses seins. Je lui ai mis un doigt dans le vagin. Avec un autre, je lui massais l’anus et ma langue s‘agitait sur son clitoris. Elle a attrapé ma tête à deux mains, ses jambes tremblaient, son bassin ondulait et elle a poussé un cri…

Quel orgasme! Elle voulait me rendre la pareille. Je me suis mis à genoux au-dessus d’elle. Elle a pris ma queue en main. Enfin, elle me touchait! Elle m’a masturbé un peu, puis l’a pris en bouche. Quel pied, elle savait y faire. Je regardais son corps jeune et superbe, son sexe luisant, ouvert… ma bite dans sa bouche. Quand j’ai senti que j’allais venir, elle a arrêté de me sucer et m’a masturbé. Mon sperme s’est répandu sur ses seins bronzés. Je l’ai regardé dégouliner.

Elle est repartie le lendemain. Je repense encore souvent à cette folle semaine. J’espère que l’été prochain, Julie sera là… sans son copain!

Sébastien, 31 ans, Marseille

 

Incoming search terms:

  • histoires excitantes
  • HISTOIRES EROTIQUES
  • histoire de baise cousin cousine
  • recit de sex
  • histoire erotique:ma tante baise avec moi
  • histoire erotique tante
  • ma tante recit ero
  • recit oncle niece
  • recits ma cousine me masturbe
  • histoire érotiques cousine