Je vous écris car j’ai envie de vous faire partager mon expérience de soumise. Cela s’est produit totalement par hasard il y a deux ans, j’avais 19 ans. J’avais déjà connu quelques garçons mais ça ne durait pas, jusqu’au jour ou j’ai rencontré la mère de mon copain de l’époque.

J’étais passée voir Matthieu chez lui mais il n’était pas encore rentré. Plutôt que de me laisser repartir, sa mère m’a invitée à entrer et à patienter en buvant un café. J’ai accepté avec timidité. Pendant qu’elle préparait le café elle m’a complimenté sur ma façon de m’habiller, elle me disait qu’elle me trouvait mignonne à croquer et que son fils avait de la chance. Elle aussi était plutôt bien faite malgré ses 45 printemps. Je ne l’ai pas vue venir… Elle s’est assise à coté de moi, sa voix était chaude et envoutante, elle continuait de me complimenter tout en me caressant la cuisse.

J’étais un peu perplexe mais je pensais à ce moment qu’elle était tout simplement une personne tactile donc j’ai laissé faire. Sa main remontait doucement. Dans mon cerveau, ca allait à cent a l heure. J’avais plein de pensées contradictoires qui me traversaient la tête. Je ne savais pas trop quoi faire mais la situation me plaisait, c’etait certain. Je n’osais pas bouger de peur qu’elle interprète ça comme un mouvement de recul. Une grosse boule chaude se formait dans mon ventre alors j’ai un tout petit peu écarté les cuisses pour permettre à sa main d’atteindre mon intimité.

C’est à ce moment qu’elle m’a embrassée tendrement. Je me sentais bizarre mais j’appréciais vraiment ce qui était en train d’arriver. Elle m’a chuchoté que Matthieu ne rentrait pas de la journée et qu’elle allait bien s’occuper de moi. Je l’ai laissée faire. Elle m’a lentement déshabillée et je me suis retrouvée uniquement vétue de mon string ficelle blanc. Elle me pelotait les seins, elle me lechait le cou, me sucait les lobes d’oreilles et a fini par m’enlever mon string qu’elle a trouvé tout trempé. Je n’y croyais pas et je n’osais pas parler tellement j’étais excitée à l’idée de ce qu’elle me réservait. Elle m’a fait sentir son string aussi humide que le mien et m’a dit de l’attendre nue sur le canapé. Elle est revenue quelques instants plus tard avec une grosse malette noire qui contenait beaucoup d’objets de toutes tailles. Elle m’a bandé les yeux puis attaché les mains dans le dos, j’avais les genoux relevés et les jambes écartées. Puis, sans aucun préliminaire, elle m’a introduit des boules de geisha dans le vagin et un petit plug dans le cul. C’était des sensations inédites, j’étais vraiment en chaleur et ma tête se brouillait tellement je ne réflichissait plus.

Elle m’a dit de venir avec elle dans la chambre, elle a du me relever et me guider car je ne voyais toujours rien. Arrivées dans la chambre elle m’a ordonné de la lecher. Je mouillais à fond, je sentais les boules s’entrechoquer dans ma chatte, mon anus se resserait sur le plus et la mère de Matthieu se tortillait comme une possédée en poussant des soupirs vraiment salaces. Elle a joui sous ma lange et mon nez. Mon ventre explosait, j’avais des fourmis partout et j’avais vraiment envie d’avoir moi aussi un orgasme. Mais à la place, ma maitresse m’a enlevé mon bandeau puis m’a muselée avec un baillon boule violet. Au début je trouvais ça très désagréable, je bavais et ne controlais plus rien. J’étais attachée, nue, baillonnée, à la merci de cette femme. Elle m’a mis des petites pinces sur les seins et a retiré les boules pleines de mouilles de mon vagin pour m’examiner avec un objet ressemblant à un speculum. C’était glacé, je ne bougeais plus jusqu’a ce qu’elle décide finalement d’enfiler un gode ceinture à harnais. Elle s’est alors allongée sur moi pour me pénétrer. Je nageais dans un nuage de sensations brulantes. Elle s’est mise a bouger en moi et chacun de ses coups de hanches me plongeait dans le bonheur. Mon baillon étouffait mes cris de plaisir, elle m’a limée encore et encore en s’occupant aussi de mon petit trou bien réceptif après le passage du plug. Pour ne pas que mon cul se referme, elle m’a ensuite mis un plug plus gros que le premier en me disant que je devais rester ouverte pour elle et moi j’aimais tellement ça….. Cela faisait plus d’une heure que nous nous faisions du bien et elle a fini par me fourrer un oeuf vibrant sans fil dans la chatte en me demandant de le garder en moi jusqu’a ce qu’elle m’appelle. Elle m’a enfin détachée et embrassé et je suis rentrée chez moi comme ça, toute retournée de ce qui s’était passé.

Le soir même j’avais été obéissante et la mère de Matthieu m’a appelé sur mon portable pour me dire de mettre en marche le vibro que j’avais à l’intérieur. J’ai tellement joui que j’en ai pleuré. Au téléphone, ma maitresse semblait ravie de ce petit jeu. Le lendemain, avec mon copain, c’était étrange. Je savais qu’il ne fallait pas que je lui en parle mais je crevais d’envie de m’épancher. Depuis, j’ai un peu tout essayé, j’adore être baillonnée, attachée et remplie avec des jouets avec ma maitresse ou d’autres personnes…

Incoming search terms:

  • recit érotiques
  • histoires lesbiennes
  • recit je choppe ma belle mere et la baise avec rage et vigeur
  • ma belle mere ma soumise
  • ma fille gode cienture je baise ma mere soumise
  • recit de belle mere adultere
  • recit de femme gmuine je gode ma bel file
  • reçit erotique de belle mére et belle fille lesbienne
  • belle mere que je baise hist vecu
  • recit maman lesbienne